Demain les chiens - Clifford D.Simak

Publié le 16 Octobre 2013

Demain les chiens - Clifford D.Simak

Et si notre hégémonie touchait à sa fin ? Si demain venait un autre temps ?

La société que C. D. Simak nous expose est profondément ébranlée. L'Homme s'en est allé, vers d'autres lieux, d'autres rêves, il a laissé derrière lui la Terre, trop étroite pour l'envergure de ses espérances. Une ère nouvelle s'ouvre alors pour la planète qui connait de grands changements. La civilisation n'est plus l'apanage des êtres humains, les Chiens, libérés de l'écrasante domination de l'humanité voient se développer en eux une intelligence et une sensibilité nouvelles, différentes...

Les années passent, ceux qui ont vu ne sont plus, les traces s'estompent, le temps anéanti la mémoire, l'Homme n'est qu'une vague réminiscence rappelée à l'occasion, à la faveur d'une veillée au coin du feu.

C'est un univers à part entière dans lequel on plonge, un monde où l'on doute même que l'humanité ait pu un jour exister, où celle-ci est devenu un mythe que l'on ne côtoie plus que dans les contes. Égrainées une à une, ces fables nous sont offertes dans un recueil qui se propose de rassembler les récits « hautement symboliques » ayant trait à ce que la civilisation canine considère comme « la figure emblématique de l'Homme ». La légende, présentée par les chiens, est centrée sur une famille humaine, celle des Websters, que nous suivons au fil des siècles. Ces souvenirs, pour le moins épars, conservent néanmoins une chronologie cohérente. Ainsi nous comprenons peu à peu, nous assistons à l'effacement progressif de notre société, aux décisions et aux évènements qui ont fait basculer le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui vers celui qu'il sera demain, celui des Chiens.

Avec une poésie et une imagination riches et saisissantes C. D. Simak nous transmet cette représentation sociale, intrigante et étonnante. Il nous livre un ouvrage à l'écriture juste, touchante qui propose une réflexion philosophique prenante sous un aspect décalé sans jamais tomber à côté. Que chaque lecteur y trouve ce que bon lui semble : un simple divertissement, le reflet d'évènements historiques, ou quelque sens caché... Pour ma part c'est avec grand plaisir que j'ai pu découvrir cet auteur, trop souvent délaissé des coups de cœurs et des classiques de la science fiction.

Peut être regarderez vous votre chien d'un autre œil à présent...

Rédigé par Aigline

Publié dans #SF

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je n'ai pas encore lu la Planète des singes et pour la Ferme des animaux je dirai que, mis à part le thème, il n'ont pas grand chose en commun. L'approche est beaucoup moins politique dans demain les chiens, aucune idée de révolte, de renversement du pouvoir en place, juste une évolution lente. La Ferme des animaux critique ouvertement la société, Demain les chiens la questionne. Orwell se sert en quelque sorte des animaux pour singer les différents pouvoirs politique, Simak, lui, pose veritablement la question d'une société canine, sans esprit de caricature humaine. L'animal pour lui même et non dans une optique d’anthropomorphisme (un peu) cynique. Les univers sont aussi en décalage, l'un nous propose un univers parfaitement réaliste et rural, l'autre totalement futuriste, SF et parfois même spatial. Les deux œuvres sont chouettes mais au final pas mal éloignées.
Répondre
A
ça ressemble beaucoup à La planète des singes ou à La ferme aux animaux?
Répondre