La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Joël Dicker

Publié le 10 Octobre 2013

La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Joël Dicker

Il fallait bien finir par en parler de ce Goncourt des lycéens 2012 !

Un livre assez exceptionnel qui mérite tout à fait son prix ! Je n'avais pas du tout l'intention de le lire, mais voilà je suis tombée dedans par le plus grand des hasards, juste parce qu'il était là sur le canapé, il m'a totalement aspiré en quelques secondes...

Marcus Goldman, écrivain reconnu, souffre d'un mal propre aux écrivains : le syndrome de la page blanche. Désespéré, il décide d'aller rendre visite à son ami et mentor, l'écrivain Harry Québert.

C'est lors de cette visite qu'il apprend que son ami a eu une relation avec Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, alors qu'il avait lui même 34 ans.

Lorsque le cadavre de Nola est retrouvé dans le jardin de l'écrivain, Marcus décide de mener sa propre enquête afin de disculper son ami, dont il est persuadé de l’innocence.

C'est un livre qui nous emporte en Amérique, dans le petit village d'Aurora. On suit Marcus dans sa lutte pour sauver son ami et dans sa quête de vérité. Il se retrouve confronté à tous les non dits, les commérages et autres affaires de voisinage. Les différentes pistes les mènent, lui et le sergent Gahalowood, à enquêter successivement sur les habitants d'Aurora.

Les épisodes de l'été 1975 alternent avec ceux de 2008. Nous apprenons à connaitre Nola à travers les yeux d'Harry et des personnes qui l'ont côtoyé cette année là. Marcus se débat alors entre son amitié pour Harry Québert et la pression que lui met son éditeur pour qu'il écrive un nouveau livre.

Lors de la lecture nous ne pouvons nous empêcher de spéculer sur le meurtrier de Nola, sans jamais trouver... Le suspense nous tient jusqu'au dernier chapitre. L'histoire est tellement bien menée !

Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé.

Rédigé par Ombeline

Publié dans #Litté française

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Déjà que j'avais envie de le lire !
Répondre
F
C'est drôle, les critiques que j'avais eu de mes collègues c'était plutôt sympa mais sans plus, voire bien moyen, je le pensais pas si passionnant, mais tant mieux. Le pavé est digeste finalement
Jolie citation sinon
Répondre