Comment parler des livres que l'on a pas lu ? - Pierre Bayard

Publié le 1 Décembre 2013

Comment parler des livres que l'on a pas lu ? - Pierre Bayard

Contrairement à ce que j'imaginais à l'avance, il ne s'agit pas du tout d'une méthode miracle pour connaitre parfaitement un livre sans en lire une page (hein ça aurait été bien) ; c'est plutôt un essai, qui montre, en gros, que la lecture ne doit surtout pas se réduire à descendre dans l'ordre toutes les pages d'un livre du début à la fin (comme le voudrait l'opinion générale). La lecture passe aussi par la non-lecture, et donc par : les livres survolés, les livres juste commencés, les livres inachevés, les livres qu'on nous a raconté, les livres dont on a juste entendu parler, les livres qu'on a oublié, et tant d'autres (je me limite aux principaux).

Voilà pour l'idée de base, le reste est difficile à résumer tellement l'exposé est précis et structuré, alors je citerai juste (en substance) quelques uns des "préceptes" de l'auteur pour se faciliter la vie, et la lecture, et déculpabiliser sur l'obligation de lire (dans le sens absolu que l'on entend généralement) : En lisant, le lecteur devient lui-même auteur du livre. Un texte littéraire est un objet mobile qu'il faut savoir tordre à l'aide de sa subjectivité, et faire entrer en contact avec d'autres textes, pour le faire vivre entièrement. Un livre lu ou non-lu rejoint notre "bibliothèque intérieure", qui contient au final plus de livres non-lus (évoqués, oubliés, ...) que de livres réellement lus. En somme, la lecture ne peut pas se passer de la non-lecture ; les livres lus disparaissent peu à peu vers la catégorie des livres oubliés, alors que des livres qu'on ne lira nous sont parfois clairs comme si on les avait lus.

Et pour finir, je reprends un exemple cité par l'auteur, celui d'un bibliothécaire, dans L'Homme sans qualités de Robert Musil, qui affirme connaitre tous ses livres car il n'en lit aucun : il maîtrise à fond toute sa bibliothèque grâce à la lecture des catalogues et des résumés, et en ne lisant jamais un seul ouvrage, il est certain de ne pas en favoriser certains au risque d'en négliger d'autre. On laissera ces procédures aux bibliothécaires, il vaut mieux lire les livres jusqu'au bout ; en commençant par celui-là, qui est très bien foutu et donne beaucoup à réfléchir.

Rédigé par Florentin

Publié dans #Essai

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Eh bien tu peux t'y risquer, je suis sûr que ça te plaira. <br /> Il est peut-être un peu abstrait par moment mais il y a plein de choses à prendre, à repenser, je me rends compte que ça a ouvert ma vision de la lecture en tout cas.
Répondre
A
Ca fait maintenant un an que mon boss me l'a prêté et j'ai toujours pas eu le courage de le lire !
Répondre
G
Je l'ai lu cela dis, pas jusqu'au bout et il fait maintenant parti de ces livres lu mais oubliés. Intéressant, mais pas facile à appréhender.
Répondre