Everness : l'odyssée des mondes - Ian MacDonald

Publié le 27 Juin 2013

Everness : l'odyssée des mondes - Ian MacDonald

Comme il le dit lui-même, Everett Singh, jeune londonien d'une quinzaine d'années, est un gros geek. Un petit génie, plongé dans les mystères de l'informatique depuis sa naissance, grâce à son père, Tejendra, un physicien "quantique" qui n'a de goût pour rien d'autre que la recherche de mondes parallèles, les matchs de foot et les concours de bouffe douteux avec son fiston (et il en arrive quand même au chili au chocolat, il faut le faire). Le jour où ce brave homme est kidnappé devant les yeux de son fils, ce dernier découvre les résultats de ses travaux grâce à sa plus proche collaboratrice. Le cadeau que son père lui a fait, et à lui seul, s'appelle l'Infundibulum. A la base, ce n'est qu'un logiciel, qu'il a chargé sur la tablette qui ne le quitte jamais ; mais il comprend très vite son fonctionnement, et il devient entre ses mains un programme unique, la clé du multivers, la carte de l'infinité des mondes parallèles.

Voilà ce que les physiciens ont trouvé : l'univers que nous connaissons n'est pas vraiment le seul, il n'est qu'un parmi l'effarante multitude de mondes possibles, chiffrés 10 puissance 80. Et il est seulement le dixième à se connecter ainsi à d'autres mondes, qui s'organisent déjà dans une super alliance, la Plénitude.

Everett, qui a beaucoup de ressource, parvient à accéder à une porte et à passer dans le monde E3, où son père est retenu. Il atterrit dans une Londres semblable et très différente : le pétrole n'existe pas, et la civilisation est restée centrée sur l'usage du charbon, tout en évoluant quasiment autant que la notre. En bref, un bon petit monde rétro futuriste, avec dirigeables géants partout et déco gothique à souhait. Everett se fait embarquer sur l'Everness, rencontre une jeune pilote très énergique, une capitaine implacable qui ne résiste pas à un bon chocolat chaud et un Américain avec toujours deux canons sciés dans les poches qui cite la Bible dans chaque situation.

Avec un héros malin et attachant, fonceur et intrépide, une intrigue tout aussi entrainante, et surtout les immenses possibilités des mondes parallèles, Everness fut une lecture très plaisante, toujours surprenante, avec un bon petit air de À la croisée des mondes tout comme il faut.

Rédigé par Florentin

Publié dans #Ado, #SF

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article